Menu Home

La réhydratation des veaux :  2 grands points à savoir

Comme toutes les espèces d’animaux, les premiers jours de vie sont importants pour les éleveurs bovins. Travailler dans l’élevage bovin nécessite d’être soucieux de la santé de ces jeunes bêtes et amène souvent à leur offrir des soins particuliers. Apporter une attention particulière à ces nouveau-nés est donc primordial. Dans cet article, vous allez découvrir 3 points à savoir sur les réhydratants pour veaux.

Comment évaluer l’état de déshydratation du veau ?

Quand le veau a la diarrhée, il est atteint principalement de déshydratation. Utiliser un réhydratant pour veaux est donc une solution très efficace. Cependant, il faut d’abord évaluer le degré de déshydratation du veau d’après les observations suivantes :
• son état général
• le réflexe de succion : le réflexe de tétée se déclenche quand on met un ou deux doigts dans la bouche du veau
• l’énophtalmie : ses yeux s’enfoncent
• le pli de peau persistant
• la sécheresse des muqueuses
• la température de son corps
De ce fait, l’estimation de la déshydratation est comme suit :
• il y a une perte d’eau de 2 à 4 % du poids du corps si vous observez un œil normal, un mufle humide, le réflexe de succion positif, la température corporelle supérieure à 38,5° et le retour du pli de peau inférieur à 2 secondes.
• Une perte d’eau de 4 à 8 % est observée lorsque l’œil parait légèrement enfoncé, le pli de peau persiste de 5 à 10 secondes, la température de +/-38,5°C et le réflexe de succion faible.
• Au-delà de 8 % de perte d’eau, le veau est dans un état critique. Vous avez remarqué un œil très enfoncé, le pli de peau persiste de + de 10 secondes, le mufle sec, le veau se couche constamment, le réflexe de succion absent, les extrémités froides et la température inférieure à 38°C.

Quelles sont les étapes de traitement ?

Soyez toujours aux petits soins des veaux malades. De ce fait, il est important de veiller à toujours conserver le lait pour l’alimentation du veau en diarrhée pour les raisons suivantes :
• le lait apporte des nutriments spécifiques
• il assure les apports énergétiques nécessaires au bon rétablissement du veau
• il maintient l’activité lactasique qui est indispensable à la digestion du lait lors de son rétablissement
Pour la déshydratation inférieure à 8 %, il faut suivre les étapes suivantes.
• Réhydrater le veau : le choix de réhydratation s’effectue selon l’estimation du niveau de déshydratation
• Donner 4 à 6l de solution par jour au veau en fractionnant ses repas
• Entamer la préparation du réhydratant avec de l’eau potable et tiède de 38°C et procéder au mélange de la poudre à l’eau
Dans le cas où la déshydratation est critique, la réhydratation par voie orale ne suffit plus. Il faut également procéder à une réhydratation par perfusion. Il s’agit d’injecter par voie veineuse des solutés chauds en injectant lentement de 70 à 30 ml/kg/h.
Quant au traitement anti-infectieux comme les antibiotiques, il est possible de le faire si cela est nécessaire. Néanmoins, les antibiotiques ne sont actifs que contre les bactéries. Ils n’ont pas d’effet sur les virus et les parasites.
Par ailleurs, il existe également des traitements complémentaires si cela est nécessaire.
• les pansements digestifs : ils s’utilisent lorsque la consistance des selles n’est pas normale 48 heures après le début du traitement
• la distribution de probiotiques ou de levures afin de réensemencer en ferments lactiques la flore intestinale
• l’anti-inflammatoire non stéroïdien : vous pouvez l’employer dans le cas d’un signe de douleur abdominale.

Categories: Entreprise

Damien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *